28 juillet 2016

Revue : juin et juillet.

Pour cette revue des mois de juin et juillet, trois chroniques publiées sur le webzine Un dernier livre avant la fin du monde et deux coups de coeurs dans la liste des livres qui feront votre été d'Addict-Culture.

Librairie Acqua Alta - Venise - Lou Darsan




Buenos Aires Noir, anthologie. Editions Asphalte, 2016.

Buenos Aires noir, anthologie.

Un dernier livre avant la fin du monde, 20 juin.

Une anthologie qui était attendue dans la collection « Asphalte Noir » !  L’anthologie est ici présentée par Ernesto Mallo, figure incontournable de la littérature noire argentine, traduit et publié aux éditions Rivages, et contient 14 nouvelles. Si certaines nouvelles pourront êtres oubliées, d’autres sont excellentes et marqueront les esprits, à l’instar de Trois pièces dans un patio d’Elsa Osorio, Orange ,c’est joli comme couleur de Verónica Abdala, L’homme qui se tait d’Inés Fernández Moreno, et Onzième étage de Gabriela Cabezón Cámara.

Buenos Aires Noir, anthologie présentée par Ernesto Mallo. Traduit de l’espagnol (Argentine) par Olivier Hamilton et Hélène Serrano. Editions Asphalte, 2016.


 
En procès, collectif Inculte. Préface d’Arno Bertina et Mathieu Larnaudie. Editions Inculte. Avril 2016.

En procès (Une histoire du XXe siècle), Collectif Inculte

Un dernier livre avant la fin du monde, 24 juin.

 Ouvrage collectif, En procès propose à travers le récit de vingt procès historiques ou anecdotiques qui l’ont jalonné une lecture du XXe siècle. Au-delà du choix judicieux des différents procès, présentés par ordre chronologique, le regard porté par chaque auteur sur l’épisode juridique qu’il rapporte, commente ou reconstruit dans le récit éclaire ou perturbe notre perception de l’événement. La somme de ces vingt mises en perspectives trace un pointillé original et passionnant à travers le XXe siècle et offre à voir l’Histoire différemment.

En procès, collectif Inculte. Préface d’Arno Bertina et Mathieu Larnaudie. Editions Inculte. Avril 2016.



Le Gaffeur, Jean Malaquais. Coll. « Lampe-tempête », éditions L’Echappée, 2016.

Le Gaffeur, de Jean Malaquais.

Un dernier livre avant la fin du monde, 07 juillet.

Un livre résolument enthousiasmant, un cri de liberté et d’émancipation poussé en 1953 qui resurgit aujourd’hui et que je vous encourage tous à lire. Jean Malaquais est l’un de ces auteurs que l’on a plaisir à (re)découvrir grâce au formidable travail de réédition qu’opèrent certains éditeurs constamment en quête de textes oubliés, épuisés, peu ou pas assez diffusés, méconnus. 

Le Gaffeur, Jean Malaquais. Coll. « Lampe-tempête », éditions L’Echappée, 2016.




Lumikko, de Pasi Ilmari Jääskeläinen. Editions de l’Ogre, 2016.

Lumikko, de Pasi Ilmari Jääskeläinen

« Les livres qui feront votre été », Addict-Culture, 05 juillet.

Entre thriller, fantastique, roman psychologique et conte finnois, Lumikko est aussi une réflexion aussi fine qu’humoristique sur l’inspiration littéraire, les ressorts de l’imagination et la figure de l’écrivain. Pasi Ilmari Jääskeläinen déploie avec talent une savoureuse et parfois troublante palette de registres, joue avec nos nerfs et crée un suspens tel que j’ai dévoré son livre en une seule bouchée, ogresque.

Lumikko, de Pasi Ilmari Jääskeläinen. Traduit du finnois par Martin Carayol. Editions de l’Ogre, 2016.




Madeleine Project, de Clara Beaudoux. Editions du Sous-sol, 2016.

Madeleine Project, de Clara Beaudoux

« Les livres qui feront votre été », Addict-Culture, 05 juillet.

Fin 2015, Clara Beaudoux émeut Twitter avec le hashtag #MadeleineProject. Lorsque la journaliste aménage dans un petit appartement parisien vide et découvre que la cave est toujours pleine des affaires de l’ancienne propriétaire décédée depuis peu, elle décide de publier l’histoire de Madeleine, ou plutôt de sa découverte de Madeleine, en live. Le livre présente l’intégralité des tweets en l’état, des photos aux liens html ou aux hashtags. Une matérialisation du web, comme en écho à cette cave figée hors du temps.

Madeleine Project, de Clara Beaudoux. Editions du Sous-sol, 2016.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire